Ma publication :

Page d'accueil

 

 

(Les commentaires sont cloturés)        Envoyer cette page à un ami       

Le 05/05/2010     Publication n° : 01AR26

 

 

Répondre à cet article

_____________________________________________  

Vivre à Rixheim n° 22 (avril 2010) bulletin municipal  

Vivre à Rixheim n° 23 (mai 2010) bulletin municipal    (Vous trouverez ces numéros sur le site internet : http://www.ville-rixheim.fr/)

Réapprendre à vivre avec la neige.

Cet hiver a été un peu plus froid dans l'ensemble, mais il a succédé à un automne exceptionnellement doux et beau. Il ne fut cependant pas exceptionnel mais avec plus de neige que les années précédentes. Aucune comparaison ne peut être faite avec des hivers passés de 1985 par exemple même si localement nous avons connu une ou deux nuits à -18° ou -19°. Il faut donc relativiser et se demander comment nous faisions à cette époque où même les taxis à Paris avaient du mal de circuler car le gasoil commençait à geler. Le Conseil Général a déjà fait ce constat de rigueur sans doute pour justifier les pénuries de sel. S'il existe d'autres solutions que le sel il faut effectivement les utiliser, les pneus neige eux, n'ont rien d'écologique. Mais les nids de poules ne sont pas tous dus aux rigueurs de l'hiver (prenez le désastreux et dangereux rond-point près du Collège Sainte Ursule de Riedisheim). Je me demande parfois si nous sommes encore capables de prévoir, je suis totalement hostile à brandir à chaque fois qu'un budget est dépassé, l'épée de Damoclès qui consiste à justifier tout par une augmentation possible des impôts. Si nous ne savons plus prévoir, nous ne savons plus économiser (pendant les années de douceur) et d'ailleurs dans l'ensemble des dépenses. Il faut savoir que les appels d'offre font très souvent l'objet de majorations par rapport au devis du secteur privé.     

Dépenser, passer des marchés est devenu un geste tellement anodin, alors qu'il devrait au contraire demander des études et surtout susciter des questions complémentaires de la part des élus à ces marchands de toutes sortes qui prospectent les mairies. Aujourd'hui, même les études préalables sont payantes, c'est à se demander si certaines entreprises veulent encore faire des affaires et réaliser des devis gratuits. Une étude estimative devrait être négociée gratuitement, mais nos élus sont-ils capables de discuter ? Dans bien des cas cette estimation permettrait de savoir dès le départ si on veut poursuivre ou pas l'opération projetée.

En matière de dépense, je pense par exemple au coût de la vidéo-surveillance (lisez vidéo protection, c'est plus positif) dans son investissement mais aussi dans son fonctionnement. A 0.01% de la surface couverte je ne sais pas si cela est vraiment 'rentable'. Il faut bien entendu ajouter aux coûts la maintenance annuelle, le coût des fournitures diverses de supports d'enregistrements, du personnel qui va s'en occuper. Je pense aussi à ces belles décos (barrières, îlots, chicanes, panneaux etc...) que toutes les communes installent au détriment du bon sens et de la facilité de circulation. 

Nous avons vu des impôts augmenter, jamais diminuer, ceci signifie que quand les finances s'améliorent on s'évertue de faire des investissements ailleurs. Le cimetière de Rixheim par exemple n'a sans doute pas besoin d'un belvédère, ni aujourd'hui, ni demain. J'ai aussi entendu quelques paroles sur l'éventualité de remettre en état ou de restaurer les serres de la Commanderie. Cela aura évidemment un coût, mais il faut se demander si nous devons tout conserver de façon générale ? Pouvons-nous à terme nous permettre de conserver tous les trésors du passé, je crois que cela s'appelle aussi vivre au-dessus de nos moyens et nécessitera forcément de plus en plus de moyens dans quelques générations, car nous aurons nous aussi laissé nos marques à conserver... et ainsi de suite. La culture certes est un élément essentiel, mais que nous ne saurons plus gérer ainsi, hélas ! Soyons réalistes une fois de plus ! 

J'imagine qu'il y a d'impressionnantes économies à réaliser au sein même des collectivités en regardant d'un oeil neuf ce qui s'y passe. Il faut que nos élus reviennent sur terre, arpentent leurs services et observent, je parle bien entendu aussi de Rixheim ! Pour être un peu plus précis, il s'agit de réfléchir à l'organisation, d'avoir des regards nouveaux, de rechercher plus d'efficacité, de plus d'économies surtout en matériel et en fournitures. Certaines habitudes ou routines ne sont plus forcément d'actualité. Il ne s'agit pas de licencier comme on pourrait le penser, mais peut-être dans certains cas de ne pas remplacer, ou simplement de réorienter en fonction de l'intérêt du moment. Mais vaut-il mieux payer un employé de collectivité, un chômeur, un retraité ? Dans tous ces cas l'argent sort de nos poches, encore des mots à méditer pour nos élus. La seule différence est que cet argent ne sort pas au même endroit, au même niveau de ce mille feuille administratif.

Service Environnement et Développement Durable (SEDD).

  J'espère que ce nouveau service prendra en compte mon dossier ouvert depuis plus d'un an concernant des déchets qui ont été enfouis sous le merlon anti bruit (voir photos ZAC). J'espère que ce dossier prendra une nouvelle tournure.
Nous avons assisté dernièrement à une manifestation annuelle 'Haut-Rhin propre' qui est organisée par le Conseil Général du Haut-Rhin, la ville de Rixheim s'y est associée. Il est donc impensable de laisser les choses en l'état, on ne peut pas prétendre agir pour le développement durable et l'environnement et laisser de tels actes se réaliser impunément. Après la D.R.I.R.E., la D.D.E., la Préfecture, la Ville de Rixheim, le Conseil Général, une réelle action sera-t-elle engagée ? Si les services publics concernés n'agissent pas, il faut que nos élus fassent avancer les choses, c'est de leur responsabilité. Des courriers viennent enfin d'être envoyés aux supposés responsables, j'attends la suite avec impatience. Mais je crois savoir que d'autres personnes se sont impliquées dans cette affaire et ont même fait faire des constats d'huissiers car les trous creusés étaient si profonds qu'ils risquaient de fissurer les maisons proches de quelques mètres. La municipalité connaissait-elle différentes versions du problème ? Je le saurais bientôt en menant ma petite enquête personnelle.  
 

Budget 2010.

J'avais préconisé un accès plus détaillé aux chiffres du budget que le schéma présenté, aujourd'hui rien n'a encore été fait dans ce sens, mais bientôt viendra l'heure des comptes et des engagements pris. Je fais la même remarque en ce qui concerne la publication des factures de plus de 200 € et sans doute d'autres points que je n'hésiterais pas à remettre à l'ordre du jour. 

Social. - Trop de social tue le social... l'assistanat ?

  • Maison de Vie : J'ai vu se réaliser ce projet certes très intéressant, mais qui a aussi un coût. J'avais supposé en son temps que cette organisation serait gérée directement par la ville et non en sous-traitance. Cela aurait au moins eu le mérite de maîtriser les dépenses. Je pense que les activités devraient être rentabilisées et non pas financées en partie par le contribuable... chacun étant libre d'accéder aux activités ou non, mais en tout cas à sa charge.
     
  • Les Copains d'Abord : Cette association financée par des subventions de différents organismes dont l'intercommunalité propose des activités à des prix variables et dépendant des revenus. Je trouve absolument anormal qu'une collectivité publique ou qu'une association puisse avoir accès sous une forme quelconque à la connaissance des revenus de quelqu'un. Je trouve absurde aussi, d'avoir des tarifs à 'la tête du client'. Pourquoi ne pas payer aussi la baguette de pain en fonction des revenus ? Les repas 'du jeudi' aux Glycines, ouverts aux plus de 55 ans fonctionne avec la même méthode. Mais qu'en est-il du prix des repas, est-il entièrement financé par les participants ?   
    Ces schémas s'appliquent sans doute à d'autres activités à Rixheim.
     
  • Logement "Pavillons en première location disponible à Rixheim... " : La ville de Rixheim est-elle devenue une agence immobilière ou serait-ce un accord passé avec le promoteur de la ZAC du Rinderacker ? Je crois que le mélange des genres n'est pas permis et je ne comprends pas que la ville puisse s'impliquer dans ce genre de publicité déguisée. Le secteur immobilier à toujours su profiter des bonnes opportunités pour ses affaires. Il s'agit ici de Immobilière 3F et ce groupe même non-nommé n'a rien à faire dans la revue municipale. Il s'agit de privé ! On peut se demander quelles sont les contreparties !  
      
  • Minibus : Ce genre d'outil est difficile à maîtriser et il sert à tout, il permet aussi tous les abus. Je ne crois pas au partage intelligent entre le Centre Communal d'Action Sociale et la Maison de Vie (activités extérieures). L'histoire ne dit pas qui conduit ce minibus (employé de la ville, bénévole, prestataire ?). Selon le cas il faut encore un chauffeur payé par les services 'sociaux', cela finira par faire cher ! On ne nous dit pas tout !
    Dans le numéro de mai nous apprenons que ce mini bus sert aussi aux seniors pour se rendre chez les commerçants, à la mairie... je suppose que les seniors qui utilisent leurs véhicules sont moins doués que les autres pour profiter de ces avantages.

Eau. 

Je suis, comme beaucoup de mes concitoyens en attente de l'eau de Mulhouse à 100% prévue en 2010. Qu'en est-il de la SAUR ?
Pour répondre à 'Agir pour Rixheim' sur ce sujet, je crois que la solution a été choisie en son temps, la campagne électorale est terminée ! Ce groupe parle toujours encore de la maîtrise de la 'mauvaise' composition de notre eau. Je n'ai toujours pas confiance au mélange actuel ! Le prix de l'eau en bouteille coûte cher aussi Madame Huber-Braun (en € et en CO2).  
J'ai cru comprendre dans L'Alsace du 23 avril 2010 que la position de M. Le Maire n'avait pas changé, c'est très rassurant.

Cap sur le bon sens a-t-il perdu le nord ? 

Je m'invite dans ce débat. Tout d'abord pour la critique formulée, sur les investissements, effectivement il est à mon avis maladroit de dire qu'il n'y a pas eu d'investissements, mais je crois surtout que les choses ne sont pas comparables d'une commune à une autre. La comparaison se situait surtout par rapport aux taxes. Oui, la municipalité a effectivement adopté plus de rigueur, mais je pense que l'on peu faire encore beaucoup mieux, j'y reviens plus loin. Certains investissements ont aussi été financés par l'ex-CCIN qui a vidé ses caisses avant la création de la MAA (M2A).  

En ce qui concerne les dépenses de fonctionnement je crois qu'il n'est pas question de licencier du personnel communal (c'est évidemment théâtral de le dire). Je pense cependant à une personne qui accompagne régulièrement Monsieur le Maire et qui sans doute a bénéficié d'une embauche ? Pour les réceptions, je pense toujours que les voeux du maire devraient disparaître et ne servent que les personnalités elles-mêmes, même si effectivement l'ouverture au public a été réalisée (la proportion est cependant minime, 50 sur 500 ? Je ne suis sans doute pas très loin du compte. Mais peut-on connaître la répartition des 400 000 € économisés depuis 2008 ? 

Pour le prix de la piscine, je suis pour un prix le plus élevé possible, sachant que les piscines restent un gouffre financier très important (j'en ai déjà parlé dans mes précédentes interventions en parlant de l'énorme déficit de l'ordre de 600 000 € par an). Toutes les activités devraient être à leur prix le plus juste, d'abord cela responsabiliserait les utilisateurs, ensuite chacun paierait les activités qu'il souhaite faire et nous paierions donc moins d'impôts. Cela laisserait aussi moins de pouvoir et de tracas à nos élus (plus de redistribution d'argent).

Mais un point important, il faut que les impôts baissent et reviennent à hauteur d'avant ces énormes augmentations de l'ère Hanser ! Il n'y a aucune raison que cela ne vienne pas progressivement si la gestion et les choix de dépenses sont bons. Pour les subventions aux associations, j'ai mon idée, je l'ai d'ailleurs déjà exposée avant les élections municipales. Je regrette simplement que la commission dont je fais partie, en charge de ce dossier, n'avance pas assez vite !

Rapport de la chambre régionale des comptes.

Lors du conseil municipal du 25/06/2009 il était prévu de revoir à la rentrée 2009 : "RESOLUTION : à revoir en septembre ; la commune ne peut pas rester inactive face à un certain nombre de faits". A ce jour et sauf erreur de ma part, rien n'a été rediscuté. Il me semble qu'il y a tout de même des faits graves comme par exemple le non-respect du Code des Marchés Publics, les frais de repas énormes du Maire pour ne citer que cela !

Rappel du constat de la Chambre Régionale des Comptes :

 - une défaillance sur la fiabilité des comptes, des manquements qui ont atteint la sincérité des comptes publics, un équilibre factice des comptes
 - la dette en garantie d’emprunt vis-à-vis du CIFA de la Doller qui a été réglée en 2008
 - les normes M14 ne sont pas appliquées
 - les frais de relations publiques ne sont pas comptabilisés dans la nomenclature
 - 8 546 € de frais de repas du Maire
 - les bases fiscales sont en croissance
 - une grosse croissance de la dette entre 1999 et 2003
 - la trésorerie est de plus en plus tendue ce qui a impliqué un Conseil Municipal extraordinaire le 20 décembre 2006 avec seul point à l’ordre du jour, la délégation de droit de préemption à la C.C.I.N. en vue d’obtenir de celle-ci un versement nécessaire à la trésorerie ; faute de pouvoir tenir la trésorerie, il a fallu recourir à une ligne de trésorerie de 1,5 millions d’euros en 2007
 - les marges de manoeuvre sont très faibles
 - concernant la gestion du personnel, la Chambre Régionale des Comptes signale que la paie ne relève pas d’anomalie particulière, mais qu’en revanche, il existe un problème dans la tenue des dossiers individuels, notamment sur les notations et les
entretiens de notations des agents ; des avantages supplémentaires sont discutables et même jugés illégaux comme la prise en charge partielle des cotisations à la seule Mutuelle des collectivités territoriales, ainsi que les tolérances dans l’usage du matériel et des véhicules municipaux qui étaient prêtés aux agents publics. La Ville devra apporter une régularisation sans aucune dérogation possible
 - le paiement illégal de prime aux retraités de la Ville via une association l’Amicale du Personnel et l’attribution de bons d’achat en lieu de prime et sans relation avec un élément social particulier
 - concernant le fonctionnement de la Municipalité, le registre des délibérations ne répond pas aux dispositions du Code Général des Collectivités Territoriales
 - l’information aux citoyens de la communication de la situation financière de la Ville devra être améliorée
 - concernant la communication interne et externe de la Ville : la Ville disposait de deux revues « réussir Rixheim» réalisé jusqu’en 2006, en privilégiant des commandes mensuelles successives qui méconnaissaient le Code des Marchés Publics et « Trait d’Union », revue financée par des contributions d’annonceurs sur recommandation de la Ville. Un conseiller en communication avait été choisi par le Maire sans aucun appel d’offre
 - les associations municipales : la Chambre conclut que les différents offices reçoivent des subventions alors qu’aucune convention n’existe
 - le logement social : à propos des pénalités dues au titre de la loi SRU, la Chambre constate que la Ville a procédé à un montage avec la C.C.I.N. qui permet à la Ville de récupérer une partie des pénalités, du fait du transfert de la compétence habitat à la C.C.I.N.
 - en ce qui concerne les acquisitions et les ventes d’immeubles, la Ville a réalisé un ensemble de cessions (gendarmerie) et la Chambre Régionale des Comptes considère que le montage fait à l’époque était complexe et qu’il a, ni permis la meilleure concurrence, ni permis de sélectionner le candidat proposant le meilleur prix et les meilleures garanties de paiement
 - la Chambre Régionale des Comptes note également des transactions immobilières douteuses, notamment les logements 3 rue Basse et 17 rue des Vergers
 - concernant la commande publique, la Ville a pris une solution très tardive pour mettre en publicité et en concurrence les entreprises pour les achats publics, puisque jusqu’en 2006, la Ville ne disposait d’aucun service des marchés publics et la plupart des commandes étaient faites sans respecter le Code des Marchés Publics
 - les contrats de nettoyage ont également connu des problèmes de mise en concurrence et la Chambre Régionale des Comptes considère que la société prestataire n’a pas été retenue conformément au Code des Marchés Publics mais sous la forme de devis successifs
 - concernant la construction d’un centre social et la restructuration du centre intégré, la Chambre note essentiellement que tous les marchés ne sont pas allés jusqu’au bout et qu’un certain nombre de travaux ont été faits en régie ; le décompte final des travaux fait apparaître une augmentation de 40,61 %
 - concernant la Jumenterie, la Chambre relève un défaut de phasage
 - la Chambre note également que des études relativement chères ont été engagées et que finalement les travaux n’ont pas été réalisés (dépense de 188000 € d’étude dont très peu ont débouché sur des projets réels)

 

Divers
.

Je trouve effectivement un manque de suivi et de réflexions sur certaines choses, comme le souligne 'Cap sur le bon sens' dans le n° 22 et comme je viens de le soulever dans mes propos divers. A force de vouloir manger à tous les râteliers on finit par ne plus s'occuper vraiment de ce qui se passe tout près, ce n'est pas ce que les rixheimois ont souhaité en 2008 ! Il y a aussi une Charte de Respect du Citoyen de Rixheim qui a été signée et dont de trop nombreux points restent ouverts (la publication des factures, l'eau, les impôts à baisser en font partie). Alors attendons la suite... mais pas trop longtemps.
Quand on veut faire des économies, il faut les rechercher partout où elles peuvent être faites et non pas seulement rester dans un cadre budgétaire dont les montants sont taillés. Il s'agit de faire des économies par rapport aux prévisions et non pas coller aux chiffres prévus, énorme nuance. Cela permettrait peut-être d'éviter de dire souvent 'sans augmentation des taux d'impôts locaux' et de justifier par 'si on fait ceci ou cela il faudra augmenter les impôts locaux de x points'.

Les promesses qui sont faites me rappellent un peu celle du genre de la disparition de la publicité sur les chaînes publiques après 20h. Avez-vous remarqué DARTY pour la météo, VELUX Combles de rêve, GROUPAMA... autant de moyens détournés, mais cela n'interroge personne. Alors que signifie l'arrêt de la pub après 20h ? Il y a des jours où je me demande si je sais encore lire ou comprendre la parole française. Dans les autres domaines c'est un peu pareil, on nous prend pour des débiles ! 

Conclusion.

Des belles paroles et de l'humour pour emballer le tout ne suffisent plus, il faut davantage d'actes !
Certaines actions dans la gestion municipale ou extra-municipale me dérangent, j'y vois des choses pas totalement claires, c'est navrant. La neutralité est absolument nécessaire dans tous les domaines et en particulier avec le monde des affaires et les associations.
La Charte fait partie intégrante des promesses électorales.  

_____________________________________________  

L'Alsace du 17 avril 2010, article sur la vidéo protection "Rixheim, vingt caméras en vue"  L'article du journal L'Alsace

L'Alsace du 23 avril 2010, article sur la M2A "Le défi de la compétitivité économique selon Olivier Becht"  L'article du journal L'Alsace

Dispositif de vidéo protection sur neuf sites de la ville.

J'ai déjà exposé mes points de vue plus haut, mais compte tenu des chiffres exposés je relève : pour 60 000 € de dépenses supplémentaires nous obtenons une subvention de l'Etat de 100 000 €, voilà un moyen d'augmenter rapidement le déficit national. Evidemment tout notre système fonctionne de cette manière et d'autres dépenses sont financées ainsi, hélas ! C'est l'administration de niveau inférieur qui engage des dépenses pour celle située à un échelon plus haut. Ces règles sont totalement absurdes car en fin de course c'est toujours le contribuable qui paie. Cette méthode est en fait un stimulant pour dépenser plus, cette méthode déculpabilise, car elle nous donne l'impression que les subventions sont de l'argent qui arrive miraculeusement dans nos caisses locales, c'est le marketing politique tout simplement ! 

Pendant ce temps la France vit à crédit... et quel crédit (la dette publique de la France s'élevait fin 2009 à 1 489 milliards d'euros, soit 77,6 % du produit intérieur brut -PIB- source :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/03/31/la-dette-publique-de-la-france-a-fin-2009-represente-77-6-du-pib_1326640_3234.html)
Bien entendu il ne faut pas confondre la dette publique avec le déficit budgétaire, mais les deux sont étroitement liés, quand on fait du déficit il faut bien le financer quelque part. D'autant plus que l'augmentation de la dette augmente encore le déficit par le jeu des intérêts qu'il faut financer. Un cercle vicieux, toutes les collectivités ont donc leur part de responsabilité. Cela s'apparente à de l'incivisme ou de l'irresponsabilité ! Après nous le déluge pourrait-on dire ou "ce n'est pas moi, c'est l'autre...", c'est le jeu politique, à Rixheim comme ailleurs !  Mais un jour il faudra payer (les autres aussi... sans doute, nos enfants... l'anti-développement durable...).

"Une entreprise sud-américaine comme exemple"

Côté économique c'est sans doute une bonne nouvelle, bien que 60 emplois ne fassent pas le beau temps, il faut voir les choses en face. Mais là où les choses n'iront pas, c'est le côté écologique, nous allons encore une fois occuper un espace de terre pour y implanter une ou plusieurs entreprises. Le gros problème aussi, et dans le cas de cette fabrication d'avions, sera le bruit supplémentaire engendré par les vols d'essais et autres, impensable à côté de Rixheim et notamment de mon quartier.

L'EuroAirport

Le développement international devra être rigoureusement contrôlé, les couloirs aériens actuels (côté français) sont proches des habitations rixheimoises (d'autres communes ayant encore plus de nuisances sonores). Il me semble donc inopportun de développer l'activité dans les conditions actuelles. Nous avons, à côté de nous la forêt de la Hardt qui pourrait être probablement utilisée comme zone de survol d'approche ou de décollage, mais cela fera-t-il partie du cahier des charges ? Faisant référence au passé, je crains que ces éléments ne soient pas pris en compte par la Direction Générale de l'Aviation Civile (D.G.A.C.), et comme chacun le sait l'administration est mal dirigée par nos 'politiques', j'ai plusieurs preuves réelles. Je m'oppose donc catégoriquement à ces augmentations de trafics, sauf si des garanties très sérieuses sont données. 

Généralité

Nous sommes encore dans ce 'mille feuille administratif et politique' qui coûte cher. Je ne comprends toujours pas qui fait quoi sur le plan économique, nous avons une Chambre de Commerce (C.C.I.), un Conseil Régional, un Conseil Général, une Agglo (la M2A), il me semble qu'un seul organisme serait plus efficace pour le développement économique. Comment tous ces services pourraient-ils être coordonnés ? Le rôle de nos élus, et celui en particulier de M. Olivier BECHT est-il de voyager et de s'occuper de ce sujet ? Son travail à Rixheim sera forcément de moindre qualité, et d'autres que lui déciderons davantage de certains points au sein de la commune. Les rixheimois n'ont pas voté dans ce sens lors des élections municipales de 2008 et il s'agissait d'avoir un maire présent et disponible. Je constate que notre maire est très orienté vers une politique plus générale, certes plus enrichissante à tous points de vue pour sa personnalité. Mais il faudrait voir au bas de l'échelle ce qui se passe à Rixheim, aux seins des services municipaux, dans les dossiers rixheimois, je pense qu'il y a encore énormément de travail et d'économies à réaliser, de choses à changer, de réflexions à avoir.

Dans tout ce discours, je ne comprends pas très bien la nuance du 'foncier' dans les créations d'entreprises. Certes, les entreprises ont besoin d'espace pour s'installer, cela nécessite-t-il pour autant une prospection à plusieurs niveaux ? Imaginons encore un peu ce que sera demain, l'espace naturel qui subsistera de toutes ces politiques foncières, actuellement des bâtiments industriels et commerciaux se construisent jusqu'au fond de nos vallées ! Où est donc l'écologie demandée par nos concitoyens, où est donc le développement durable ? Nos zones actuelles (et d'ailleurs dans le principe de nos galeries marchandes à l'abandon au bout de quelques années) ne suffiraient-elles pas ? Devons-nous construire des zones supplémentaires pour accueillir nos entreprises, entasser les déchets de toute nature, et laisser le tout à l'abandon au bout de quelques années ? Des questions sans doute essentielles à la survie humaine de demain, qui s'en soucie ?

J'entends aussi parler de compétition européenne, on nous a pourtant présenté l'Europe comme un modèle au sein duquel la compétition n'aurait pas lieu et que l'économie y serait coordonnée pour le bien commun des Etats membres et de leurs populations (la finalité). Encore une belle contradiction pour notre bien-être quotidien quand on regarde ce que compétition signifie sur le terrain, au niveau du travail par exemple. Nous sommes constamment mis en péril par des actions dangereuses et les déficits nationaux, mais ces derniers sont aussi crées au niveau le plus bas c'est à dire les communes qui attendent des subventions, ce jeu est très dangereux et ne sert pas l'intérêt collectif. Nous découvrons en ce moment ce qui se passe en Grèce (et peut-être ailleurs) et tout cela n'est pas très rassurant pour notre quotidien.
Mais cela me rappelle aussi le SITRAM avec son déficit crée par des responsables qui se retrouvent aujourd'hui à la tête de la MAA. Voilà les aberrations politiques ! Nos élus ont su fabriquer des instances que nous ne contrôlons plus, que nous n'élisons plus. Alors chers élus, étonnez-vous que les Français n'aillent plus aux urnes ! Mais dans la réalité cela vous gène-t-il vraiment ?  

 

   

____________________________________
C o m m e n t a i r e s   -   Publication  n°  01AR26  du  05/05/2010



Les commentaires ne peuvent plus être saisis sur ce sujet



 

Il n'existe aucun commentaire validé.


Début de page

  Pour faire avancer la Terre... Rixheim et environs

Saisie d'un commentaire sur l'article '01AR26'   


 

   Date :  27/03/2017 à 16:31:39


E-mail : *  
Pseudo : *  

* Votre commentaire (Saisir ci-dessous)

La publication sur le site ne sera effectuée qu'après accord du modérateur. L'adresse mail ne sera pas publiée.
Le nombre de caractères maximum admis est : Pseudo (30), Mail (40), Commentaire (3000)
Code de calcul obligatoire en enregistrement
3+4+8+9 =
     *  
* Renseignements obligatoires

  Pour faire avancer la Terre... Rixheim et environs

Envoi de page à un ami (lien) depuis le site
Lien envoyé : http://jmm68170.free.fr/Article.php?Sujet=01AR26

 

    Date :  27/03/2017 à 16:31:39


Votre E-mail : *
Envoyer à : 
e-mail de votre ami(e)


*

* Votre message (Saisir ci-dessous)

Le nombre de caractères maximum admis est : Mails (40), Message (3000)
Code de calcul        
3+4+8+9 =
  * 
* Renseignements obligatoires