Ma publication :

Page d'accueil

 

 

Saisir un nouveau commentaire        Envoyer cette page à un ami       

Le 18/02/2012     Publication n° : 01AR34

 

La crise, l'Agenda 21 et les ateliers municipaux à Rixheim, la taxe foncière 'CG 68' +8.5%, la taxe sur les assurances santé +3,5%, l'énergie encore plus chère ?  Où allons-nous ?
Haut-Rhin magazine n° 38, bulletin n° 4 du S.C.I.N., vidéo France 3 Alsace CUS / m2a etc... 

Nous sommes en pleine crise de la dette, mais les dépenses vont toujours bon train. Je pense que le fond du problème, la diminution des dépenses à tous les niveaux Etat/Collectivités, n'a pas été abordé. Aujourd'hui nous avons toujours un déficit public de l'ordre de 75 milliards d'€ par an. La campagne des présidentielles est en cours, bien trop longue, mais cela occupe les journalistes et les instituts de sondages. Le moment venu, beaucoup de français vont procéder par élimination, plutôt que par choix, un peu comme dans les jeux télévisés modernes où il y a des nominés (mais là le rattrapage par le public ne sera pas possible). Nombreux sont mes compatriotes qui savent surtout pour qui ils ne voteront plus selon ce que j'entends autour de moi. Les candidats, et cela les arrange, parient sur une croissance qui n'arrivera pas au niveau espéré. Mais nous aurons des référendums, pourquoi ne pas y avoir pensé auparavant ? Ce n'est ici qu'un exemple des motivations politiques et je ne doute pas un seul instant que dans les autres camps ce ne soit pareil.

Pour l'instant nous avons vu quelques mesures de restrictions arriver, j'en oublie sans doute, au 1er octobre 2011, la taxe sur les assurances santé est passée de 3,5% à 7%, en 2010 cette taxe n'existait pas. Au 1er janvier 2012, la TVA est passée de 5,50 à 7,00% pour certains produits, le prix de l'essence et du gasoil ne cesse d'augmenter, le fioul atteint lui aussi des records en passant le cap de 1 € le litre et pendant ce temps des imminents responsables politiques osent nous parler de pouvoir d'achat. Mais ce n'est pas tout, voyez plus loin. J'ai oublié l'électricité et le gaz en constante progression et en régression de services, merci l'Europe et la libre concurrence. Fin 2012, la TVA à 19.6% devrait, elle aussi, être augmentée de 1,6% et la pseudo-baisse dans les coûts de production ne sera bien sûr pas répercutée, nous subirons donc pleinement cette hausse de TVA, comme toujours ! Plus proche de nous il y a l'augmentation énorme de la taxe foncière, voir ci-dessous.

Bien sûr nous ne sommes pas au bout de nos peines et les bonnes solutions ne seront pas mises en oeuvre. Nos centrales doivent être sécurisées et nous allons payer les erreurs passées encore et encore... Pire, avec la vague de froid nous apprenons que nous risquons des coupures parce que nous atteignons des pics de consommation, imprévus, eux aussi. Mais ces pics sont également la conséquence du nombre de chauffages électriques en hausse, préconisés par les promoteurs et par EDF, moins chers à l'installation. Bref, les décisions d'hier sont devenues les anomalies et les risques de black-out d'aujourd'hui. Et nous entendons toujours le discours sur la croissance qui va nous sauver économiquement, mais qui nous permettra de consommer encore davantage d'énergie que nous n'avons pas. Cherchez l'erreur ou plutôt les erreurs ! Mais comment faisions-nous il y a quelques années encore quand nous avions peu ou pas de déficit ? La réponse à cette question, que personne ne se pose, permettrait peut-être de résoudre une partie du problème.

Les élus locaux devraient y réfléchir à deux fois et modérer leurs dépenses. Je voudrais mettre en avant une fois de plus le mot 'ECONOMIE', qui consiste à surveiller et contrôler rigoureusement les dépenses et bien entendu rester en dessous des budgets qui ont tendance comme toujours à être consommés, le constat est facile. Un budget de dépenses ne doit pas devenir un renouvellement annuel et nous devrions plutôt nous inscrire dans un objectif de baisse programmée, parfois même de suppression progressive, mais étalée sur une durée de 4 ou 5 ans si nécessaire. Parfois il faut du courage pour ne pas entendre certaines pressions. Chers élus cessez de nous vanter les mérites des 'oeuvres' publiques (dépenses en investissements parfois inutiles) qui font de l'emploi, cette théorie est absurde ! Au besoin je vous propose de relire ma publication précédente sur le sujet. Certaines vérités politiques sont fausses ! L'électoralisme ne doit pas tout permettre.

Les voeux politiques durent tout le mois de janvier, il suffit par exemple, de regarder la liste des communes avec leurs dates. Ces voeux monopolisent surtout la classe politique, cela ne nous apporte rien, bien au contraire, des milliers d'€ sont engloutis à ce titre, des heures sont perdues en préparation de discours, en envoi d'invitations, en préparatifs de cérémonie etc... Je dirais même que cette cérémonie devient ringarde, à Rixheim comme ailleurs. Mais on pourrait aussi avancer la thèse que cela donne de l'emploi aux traiteurs... la pilule passe sans doute mieux dans ce cas. Je pense que cette manifestation est indécente, même si à Rixheim la note est sans doute un peu moins salée grâce à quelques restrictions dans les boissons et amuse-bouches.

Je voudrais évoquer aussi quelques évènements récents et parler de ce que je vois et de ce que je lis. Je fais appel, une fois de plus aux élus de tous bords afin qu'ils regardent certaines réalités et qu'ils les corrigent, mais plus encore à tous ceux qui les entourent et qui font partie de leurs équipes ou de la même assemblée qu'eux. J'aimerais qu'ils trouvent des solutions, qu'ils prennent des notes et qu'ils vérifient que les choses se font au lieu de s'étonner qu'elles ne soient pas encore faites (cela s'appelle le suivi). J'aimerais encore, que les 'chefs' reçoivent de manière plus insistante les paroles et les demandes des élus du groupe et qui viennent parfois des citoyens. C'est de cette seule manière que nous avancerons. Cette remarque vaut bien sûr pour Rixheim, mais aussi dans les autres collectivités que je cite. Un jour peut-être certains se rendront-ils compte, que la plupart de mes remarques sont fondées. Mesdames et Messieurs les élu(e)s, merci de m'avoir lu, et si vous êtes en désaccord avec moi, n'hésitez pas à me le faire savoir, je suis joignable, contrairement à certain(e)s d'entre vous.

Mais enfin, qui va s'occuper de nos soucis quotidiens, avec nos fournisseurs d'eau, d'électricité, de téléphone, d'Internet et d'autres services ? Ces fournisseurs, qui sont injoignables et qui font ce qu'ils veulent ! Qui va s'occuper de notre santé et des milliers de produits qui nous intoxiquent tous les jours et dont personne n'est capable d'établir des règles claires et une lecture facile des étiquettes ? Là, hélas, point de 'politiques', il y a pourtant du travail. Non, ils préfèrent s'occuper de nouvelles structures qui les valorisent, vous le voyez bien !


Procès de M. Chirac

Ce procès qui a eu lieu quelques 20 ans après les faits a permis de condamner un ancien Président de la République, aujourd'hui d'un âge avancé et malade. Tout le monde s'est ému de cette condamnation. Ayant été dans l'immunité, n'était-il pas normal que la justice fasse son travail après son mandat ? Je pense que c'est justice, oui, il le fallait absolument. Il est simplement regrettable que la durée ait été aussi longue, sans doute le verdict a-t-il aussi été plus clément que si le procès avait eu lieu en son temps. Mais un Président de la République ne peut pas avoir à la fois l'immunité et se plaindre d'être condamné tardivement. La question est aussi de savoir à quoi a servi 1789 et l'abolition des privilèges. Un élu, de surcroît à la tête de l'Etat, plus encore qu'un autre se doit d'être exemplaire.


Haut-Rhin magazine n° 38 (février 2012)

Au niveau du Conseil Général du Haut-Rhin

La taxe foncière va augmenter de 8,5% (oui, rien que cela !), grâce au nouveau budget voté par le Conseil Général du Haut-Rhin pour 2012. Soyons rassurés, l'augmentation des bases est déjà incluse dans ce taux hors-normes. Là encore, il est plus facile de voter des nouvelles taxes que de réaliser des économies. Mais tenez-vous bien, car "c'est la faute de l'Etat", les ressources nationales étant diminuées. J'ai relevé quelques discours vidéos visibles sur le net. Le Conseil Général du Haut-Rhin est un modèle "Champion de France" de l'économie des conseillers territoriaux selon une déclaration de M. Buttner. Bien entendu on ne sait pas vraiment de quoi il parle. Aucune économie n'est selon lui réalisable par la fusion des deux départements. Qui peut croire de telles affirmations ? Je relève la présentation de la note des impôts sur la revue 'Proche de vous' du canton de Habsheim ou M. Buttner nous présente l'augmentation de manière douce... "une évolution de 30 € en 2012 pour une taxe qui s'élèverait à 1000 €" (page 11, des chiffres qui comptent). La même théorie est reprise dans le magazine n°38 page 4. C'est du grand n'importe quoi, mais Il faut oser. En calculant le prix par jour cela fera encore moins ! Des chiffres qui gênent, visiblement, sinon ils seraient présentés de façon plus claire.

Nous sommes dans le Haut-Rhin "économes de l'argent public et donc du denier de nos contribuables on ne peut pas imaginer qu'on puisse faire encore mieux". Ces quelques mots traduisent les volontés et les facilités que prend cette collectivité départementale. Mais "il n'est pas question de vendre le Haut-Rhin", toujours selon M. Buttner. Mais je vous pose la vraie question, allez-vous souvent dans un bureau du Conseil Général ? Que signifie donc le mot proximité tellement avancé pour défendre un bastion ? Vive l'Alsace, qu'elle soit gouvernée de Strasbourg ou de Mulhouse importe peu dans la mesure où les services sont bien rendus, si l'accès peut aussi se faire dans le Haut-Rhin et si les personnels et les élus sont accessibles facilement. Nous sommes en 2012 Monsieur Buttner, et il faudrait plutôt revoir les moyens d'accès à nos administrations et notamment depuis les sites Internet. Mais s'agissant d'économies comment les réaliser si nos collectivités locales n'en font pas ? Il ne faudrait pas confondre 'qualité de notre gestion et de nos politiques' avec gestion rigoureuse et fondée dans ses orientations (la subvention au Rallye d'Alsace en est une petite preuve, mais le CG 68 n'est hélas pas seul dans ce domaine). Comme le souligne l'opposition départementale, certaines de leurs propositions qui me semblent pourtant intéressantes n'ont pas été retenues, "inventaire et vente de l’immobilier départemental inusité" par exemple. Accompagné d'une réflexion plus précise sur certaines politiques, cela pourrait devenir une vraie source d'économies au niveau du département.
Mais non, l'intérêt général n'est pas là voyons, et la crise a bon dos !

La revue 'Proche de Vous' serait financée entièrement par le privé, les deux revues, celles du canton et celle du Haut-Rhin, reprennent les mêmes thèmes. Les petits chiffres, quand ils sont englobés dans les gros et avec des beaux dessins d'enfant, ne sont pas très parlants. Quand ce sont les acteurs eux-mêmes qui jugent leur gestion et leurs services "de vertueuse" ou "d'excellence", je me méfie, c'est un peu trop facile. Que dire de ces lacs artificiels que l'on fabrique et de la montagne qu'on aménage avec des bulldozers, le tout avec le soutien de nos élus, y compris les écologistes ? (page 16, une station canon, le schnepfenried). Mais regardez dans les Alpes, c'est pareil, hélas !

J'ai assisté le 17 février à la réunion du canton à Hasheim, certaines questions ont été posées, les réponses ont été très très généralistes, orientées, caricaturées, et notamment celles qui ont traité d'économie. Nos élus sont-ils encore dans le réel ? Bon, au moins il y a eu de l'humour ! M. Buttner est un homme sympathique, mais cela ne suffit pas !

Le futur Conseil d'Alsace

Si j'ai bien traduit les souhaits de M. Buttner (et de son groupe) il s'agirait de continuer avec 3 assemblées jusqu'en 2020, deux assemblées départementales qui subsistent un certain temps (6 ans tout de même, le temps de prendre la retraite ?). Le nombre d'élus serait voisin de 100, soit plus que le nombre le plus élevé d'élus actuels des départements multiplié par deux.
Ces idées ne sont pas les miennes, je ne voterais pas un projet de ce genre et je le ferais savoir. Le projet tourne autour du choix du type d'élection, choix qui ne devrait pas avoir d'incidence sur le nombre total d'élus (si on le veut vraiment). Un nombre de 80, 86 élus me paraît être amplement suffisant pour les 74 cantons actuels des 2 départements. Pourquoi ne pas redécouper les cantons du Haut-Rhin, puisqu'on le fait déjà, si on veut conserver cet esprit de proximité, afin d'arriver à un équilibre avec les 43 du Bas-Rhin ? Pourquoi ne pas faire tout à la proportionnelle ? Le juste équilibre est à trouver mais pour rester proche de 80 élus en tout, n'est-ce pas suffisant ? 
Une fois de plus le chemin électoraliste semble être le plus motivant et prendre le pas, contrairement aux souhaits citoyens, mais rien ne m'étonne ! 


  Rixheim

L'Agenda 21 à Rixheim

J'ai suivi avec attention l'exposé du rapport qui a été dévoilé lors de la rencontre du 23 janvier. Je n'ai hélas trouvé qu'une énumération de l'existant et des orientations très générales de solutions possibles. Je crois que malheureusement ce genre de rapport n'apportera pas grand chose. J'ai eu l'impression que celui-ci a été crée à partir d'un canevas standard et juste adapté à Rixheim, ce n'est pas très compliqué. Mais quel est le coût de ce rapport établi par Kolibri, un spécialiste (http://www.kolibri.fr/) ? Lors du débat qui a suivi l'exposé, nous avons pu constater une réelle contradiction entre volonté de défense des terres agricoles, de défense des espaces naturels, et les aménagements urbains en général. Cette contradiction existe aussi au niveau de la cohabitation de ces deux mondes, aux 'frontières' notamment, mais pas seulement. Tant que nous grignoterons sur la nature, et de toute façon sans concertation, il me semble inutile de prétendre commencer un projet de développement durable. Ceux qui croient l'inverse ne sont que des vendeurs de logos et de publicité d'ordre électoraliste. Pire encore, ils sont parfois de mèche avec des agents immobiliers sans scrupules. Soyons sérieux, cherchons les économies (d'énergies et de dépenses) en regardant autour de nous, ce sera plus fructueux. Quand j'entends parler de densification des transports en commun alors que les horaires sont mal gérés, je crois que nous n'y sommes pas du tout, j'en ai déjà parlé. Les actions, nous les connaissons, tous les jours quelqu'un en parle, et pour cela, nul besoin de rapport de 50 pages ou plus !  

Parmi les exemples, j'imagine que l'église Saint-Léger ne brille plus de 5 projecteurs inutiles allumés toute la nuit et dernièrement encore jusqu'à au moins 23h45, mais je ne surveille pas toute la nuit ! Il y a aussi le stade nautique de Rixheim/Habsheim (m2a) dont l'éclairage après la fermeture ne sert à rien. Enfin, à la ZAC du Rinderacker des futures rues encore en friches sont éclairées. Un projet de baisse d'intensité de l'éclairage public à partir d'une certaine heure est une bonne nouvelle (hors Agenda 21), oui ayons d'abord des actions de réalisme.

Il y a des économies de bon sens et la vision journalière, pas forcément nocturne, pour trouver une lampe allumée à tort ou des énergies qui se perdent. Voilà à quoi nous devrions porter notre attention et peut-être ouvrir un débat public d'observation et de remontée d'information. Nous n'avons pas de pétrole, alors ayons des sens de perception et des idées !

Mais pour être encore plus clair, je pense que le débat écologique doit être porté au niveau national et un certain nombre de préconisations devraient être faites à ce titre. Les problèmes et les solutions sont les mêmes partout en France et même en Europe, ceci permettrait des gains conséquents. L'action des collectivités locales devrait donc porter plutôt vers l'Etat afin de 'booster' le ministère concerné plutôt que de descendre directement vers le citoyen, l'entreprise et la collectivité (elle pourra le faire à partir de vraies solutions étudiées à l'échelon national). Rien n'empêche, dès lors que des rapports écrits standards sont disponibles, des solutions expliquées, de diffuser largement ces solutions auprès des 'pollueurs' que nous sommes tous. Là, chacun travaille et dépense dans sa petite sphère ce qui n'est pas très productif.
Bien sûr le travail que je préconise par le haut est ingrat, inconnu du public et ne génère donc pas beaucoup de marketing politique, c'est sans doute là que le bât blesse !
N'avons nous pas de ministres, de sénateurs ou d'autres personnalités proches capables de recevoir ces doléances fortes ? Voilà de quoi réfléchir. Le résultat est évident, un gain de ressources et d'énergie pour les collectivités locales, moins d'importation de matières énergétiques et donc une meilleure balance des paiements, moins de dépenses de fonctionnement etc... Aujourd'hui chaque commune ou presque à sa fonction 'écologique', cela est-il logique ? Chacun réinvente ce que l'autre a déjà trouvé ou testé.

En attendant, je ne mets pas en cause les bonnes volontés municipales, je constate simplement une énorme partie de bureaucratie alors que nous sommes en mesure de faire beaucoup plus court, en interne. Je crois qu'il y a l'action, celle qui doit être dirigée vers des cibles bien connues (le bilan carbone existe, me semble-t-il !). Nous avons par exemple fait des actions et pris des mesures pour éviter le 'chimique' phytosanitaire, alors continuons dans ces voies qui me semblent plus réelles et plus immédiates.


Les ateliers municipaux à Rixheim

Le projet de construire des ateliers municipaux à Rixheim est louable et sans nul doute une solution est-elle justifiée. Du point de vue du budget ce n'est pas neutre, au total 5,3 M€. Je fais déjà le pari que nous atteindrons le double de cette somme à l'horizon de 2017 (date approximative prévue, de fin globale). Certes ce projet sera divisé en plusieurs opérations, la première de l'ordre de 2,3 M€. Comme me le faisait justement remarquer un ami, pourquoi ne pas avoir un projet au niveau communautaire ? Les autres communes n'ont-elles pas les mêmes problèmes, certes à des échelles différentes ? Pourquoi l'atelier de réparation des véhicules, par exemple, ou d'autres services, ne seraient-ils pas communs ? N'est-ce pas là le rôle de l'agglo ? Nous avons dans nos collectivités des logiques qui m'échappent.


Habsheim, le rond-point et le parking de rue de la rampe / rue de l'aviation

D'un coût de 323 806 € ce giratoire semble être venu d'ailleurs. Il concerne en effet deux rues, c'est petit pour un giratoire. De plus il ne règle rien car la visibilité (en sortant de la rue de l'aviation) est mauvaise et la sortie de rue est donc toujours aussi dangereuse sinon plus, car auparavant il y avait un stop rue de la rampe et un miroir. Pour ma part, je me suis plutôt senti en danger en sortant de la rue de l'aviation et je pense qu'il en est de même pour les autres usagers. N'avons-nous pas ici la parfaite dépense inutile et incohérente ? Le parking quant à lui aurait coûté 193 000 € du moins en prévision selon des documents du CG 68 datant de 2010. Ce parking n'est sans doute vraiment utile qu'une fois par an lors de la foire Simon et Jude. Attention, les coûts de 253 257 €, annoncés dans la revue 'Proche de vous' portent la mention "coût total pour le département", ceci est encore une nouvelle manière d'exprimer les dépenses, comme si le reste était cadeau (le SIVOM a aussi participé à cette opération, mais qui encore ?).

Un petit giratoire qui a coûté cher ! Mais quelle est son utilité ?

Le parking, utilisé pleinement une fois par an ?

Une dépense totale de plus de 500 000 € selon mes recherches, une bagatelle ?


    Bulletin n° 4 du Syndicat des Communes de l'Île Napoléon (SCIN)

La diffusion du bulletin du syndicat a coûté 12 432 € hors taxes en 2011. Est-ce bien utile étant donné que les communes concernées par les travaux en parlent déjà dans leur bulletin municipal ? Je propose aux représentants de ces dernières siégeant au syndicat, de ne plus voter de budget pour ce genre de bulletin. Cet organisme qu'est le SCIN, bien qu'étant au service des collectivités n'a plus rien de 'public', c'est un peu comme une entreprise privée à la différence que le marketing n'est pas nécessaire étant donné qu'il n'y a pas de clients à trouver...

Je note également les propos de M. Notter qui, tout comme M. Buttner n'est pas favorable au Conseil d'Alsace. Evidemment comme il le signale, il n'a pas été élu pour supprimer le département du Haut-Rhin, mais est-ce la vraie question ? Lui non plus ne croit pas aux économies d'échelle du Conseil d'Alsace. Mais dans ses fonctions a-t-il déjà réalisé des économies ? Cela ne semble pas être le cas dans la diffusion de son bulletin, ni dans l'occupation des immenses locaux du syndicat à Sausheim... à au moins 150 000 € par an.
Ce Monsieur nous parle aussi de lourdeur et d'inertie d'une assemblée de 100 élus... en oubliant au passage qu'il est aussi vice-président de la m2a qui comporte 194 élus dont 53 vices-présidents. Quelle logique implacable ! Parfois il vaut mieux se taire. Mais normalement, comme je l'ai dit plus haut, nous devrions être à beaucoup moins de 100 élus pour le Conseil d'Alsace.


Pôle métropolitain CUS / M2a (suite)

Voici un lien qui devrait vous permettre de comprendre à quoi sert cette nouvelle organisation, vidéo : Le pôle Mulhouse/Strasbourg (CUS/M2a)
Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est guère convaincant.
Et une fois la fusion de l'université de Mulhouse et de Strasbourg faite, que restera-t-il ? Mais comme je l'ai lu quelque part, Colmar doit être une ville fantôme aux yeux de certains, les Colmariens ne sont sans doute pas concernés par le développement en Alsace, ni les transports, ni l'emploi. Bien vu ! 
La vidéo peut aussi être trouvée sur cette page : http://alsace.france3.fr/info/haute-alsace/creation-du-pole-metropolitain-strasbourg-mulhouse-71787152.html?onglet=videos&id-video=STRA_1556884_221220111515_F3.


Logique politique

Tout le monde sait que M. Bockel a crée un nouveau parti 'La gauche moderne'. Il déclare dans sa lettre aux adhérents et sympathisants du parti "En ce qui me concerne et après mûre réflexion, j’ai pris la décision, dans la logique de mon choix d’accepter l’ouverture en 2007, de soutenir le Président Nicolas SARKOZY en vue de sa réélection comme Président de la République." Ce parti est allié à l'UMP et M. Bockel annonce le lancement d'un comité pour tenter de capter les voix du centre-gauche. Allez donc comprendre ! Mais pourquoi le mot 'gauche' dans ce parti ? Brouillage de piste ? Opportunisme ?  A vous de choisir.  A part cette remarque chacun est libre de soutenir qui il veut...

 

     

____________________________________
C o m m e n t a i r e s   -   Publication  n°  01AR34  du  18/02/2012



Saisir un nouveau commentaire

 

Il n'existe aucun commentaire validé.


Début de page

  Pour faire avancer la Terre... Rixheim et environs

Saisie d'un commentaire sur l'article '01AR34'   


 

   Date :  25/09/2017 à 17:19:13


E-mail : *  
Pseudo : *  

* Votre commentaire (Saisir ci-dessous)

La publication sur le site ne sera effectuée qu'après accord du modérateur. L'adresse mail ne sera pas publiée.
Le nombre de caractères maximum admis est : Pseudo (30), Mail (40), Commentaire (3000)
Code de calcul obligatoire en enregistrement
5+9+9+2 =
     *  
* Renseignements obligatoires

  Pour faire avancer la Terre... Rixheim et environs

Envoi de page à un ami (lien) depuis le site
Lien envoyé : http://jmm68170.free.fr/Article.php?Sujet=01AR34

 

    Date :  25/09/2017 à 17:19:13


Votre E-mail : *
Envoyer à : 
e-mail de votre ami(e)


*

* Votre message (Saisir ci-dessous)

Le nombre de caractères maximum admis est : Mails (40), Message (3000)
Code de calcul        
5+9+9+2 =
  * 
* Renseignements obligatoires