Ma publication :

Page d'accueil

 

 

Saisir un nouveau commentaire        Envoyer cette page à un ami       

Le 09/11/2012     Publication n° : 01AR36

 

 

J'ai appris avec une infinie tristesse la brutale disparition de Monsieur Jean-Bernard Forestier, 1er adjoint de la Ville de Rixheim, le mercredi 24 octobre 2012. J'ai eu l'occasion de le côtoyer au sein de la commission communale des impôts directs, mais pas seulement. C'était un homme de dialogue, calme et posé dans sa manière d'être, d'une très grande simplicité, toujours souriant. C'était aussi un écologiste convaincu. Rixheim a perdu un homme très dévoué à sa commune et à ses habitants.
Mes sincères condoléances à sa famille, à ses proches et à tout le Conseil Municipal de Rixheim.



Mais la vie continue...

L'Etat nous impose des mesures budgétaires urgentes et nécessaires, je crois qu'il est grand temps de réduire notre déficit et dette publique, je le dis depuis longtemps. N'oublions pas que le gouvernement précédent nous a mis en grave difficulté avec une aggravation de la dette de 560 milliards d'€ en 5 ans (merci, M. Sarkozy)... Alors n'en déplaise à notre droite, mais cela ne pouvait pas continuer. La crise de la dette trouve ses origines de là me semble-t-il !
Nous verrons dans les mois qui viennent comment la réduction va se faire avec le nouveau gouvernement et les nouveaux budgets et si réellement le niveau des dépenses publiques va baisser de manière significative. Pour cela il faut du courage car il est toujours facile d'augmenter les taxes en tout genre. A priori les volontés existent et je crois que c'est une excellente nouvelle, même si à mon goût l'augmentation des taxes est encore trop importante par rapport aux économies sur les dépenses. Nous éviterons au moins la faillite en stabilisant puis en diminuant la dette. Bien sûr, nos collectivités locales devront, elles aussi faire des économies conséquentes et cesser cette course aux augmentations d'impôts que bientôt nous ne pourrons plus supporter. Un taux d'imposition stable n'est qu'une normalité, tout le monde sait qu'il y a tant d'endroits où les impôts sont prélevés (taxe sur l'électricité etc.. etc..). Gagner plus, dépenser moins !

Rixheim, bulletin municipal n° 47 de juillet / août 2012 - Vérités politiques - Budget du Pôle métropolitain Mulhouse / Strasbourg - Divers

  Rixheim  

Bulletin municipal n° 47 (juillet/août 2012)

Groupes minoritaires au Conseil Municipal :

Cap sur le bon sens

Le débat de l'opposition 'Cap sur le bon sens' sur les couleurs politiques n'est pas très intéressant. La remarque sur la position des élus rixheimois de gauche ou de droite est totalement désuète. Le citoyen que je suis aimerait parfois qu'il puisse y avoir des idées qui soient celles émanant d'un côté et de l'autre, malheureusement ce choix n'existe pas très souvent lors des consultations électorales. Laissons donc de côté, au moins au niveau municipal, les partis politiques (ou les clivages). 

Il serait peut-être bon de s'inquiéter plutôt de l'implication de notre Maire dans tous les organismes et les multiples fonctions (Maire, Président délégué M2a -Mulhouse Alsace Agglomération, au Pôle métropolitain Mulhouse-Strasbourg, au SIVOM, au SCIN -Syndicat des Communes de l'Île Napoléon- etc...) qui sont les siennes et qu'il s'est proposé d'étendre en devenant le suppléant de Mme Grosskost (députée UMP élue). Quel temps est désormais consacré à la gestion de Rixheim ? Que se passera-t-il dans 2 ans quand il sera député (Mme Grosskost ayant souhaité arrêter son mandat dans 2 ans) ? Par ailleurs, le fait que notre Maire qui se déclare plutôt centriste, adhère à l'UMP, me dérange quelque peu. Il s'est dit maintes fois proche des idées de M. Jacques Delors. Mais sachant que toutes les instances alsaciennes sont de majorité UMP ce choix n'était-il pas celui de la facilité ?
L'opposition n'aurait-elle pas dû nous parler plutôt de la voiture de fonction avec chauffeur dont bénéficie notre Maire M. Olivier Becht à la M2a (alors qu'il s'est vanté de refuser la voiture de fonction à Rixheim en 2008) ? Ces sujets sont sans doute un peu plus polémiques mais posent de vraies questions.

Agir pour Rixheim

La remarque du groupe 'Agir pour Rixheim' est, elle aussi, surprenante en ce qui concerne la M2a (agglo) et la soit-disant augmentation de 61% de nos impôts locaux (part communale) à laquelle nous avons échappé en n'ayant pas élu M. Freyburger (PS) comme député. J'ai déjà souligné l'aberration d'avoir un syndicat à part (le SCIN) qui aurait dû logiquement transférer ses compétences à la M2a. La redistribution (pour Rixheim par le SCIN) est bien sûr une faveur 'locale' mais qui malheureusement n'a rien à voir avec une organisation communautaire. Chaque commune veut s'approprier la plus grande part des recettes financières, mais cela reste incompatible, non seulement avec les restrictions budgétaires actuellement nécessaires, mais aussi avec le principe de répartition juste au sein des communes de la région mulhousienne. Je suis d'ailleurs surpris que M. Freyburger n'ait pas réagit à ce tract de l'UMP qui est arrivé peu de jours avant le deuxième tour des élections législatives. Aurait-il réellement pu remettre en cause le reversement annuel ? Personne ne le sait vraiment ! 
Le budget global M2a, SCIN, pourrait bien sûr rester le même qu'actuellement avec une redistribution faite par la M2a et donc sans augmentation d'impôts. Je crois que l'aspect M2a ou non M2a doit être débattu plutôt économiquement en s'attaquant au gaspillage fait par cette collectivité (Transports, gestion interne, réduction des 194 élus et des 53 vice-présidents etc...). Là il y a matière à interrogations. Sur le plan de la redistribution, si la M2a prend en compte les compétences SCIN, nous serions au même stade que l'actuel (nous en revenons à l'exemple de la piscine de l'ex-CCIN transférée à la M2a). Le SCIN est un syndicat qui nous revient cher, ne serait-ce qu'avec ses 150 000 € par an (ou plus) de location de bâtiment (presque 1000 m2 pour une quinzaine de personnes, ce n'est pas du luxe ça !!!). 
Pour 2011, le coût mensuel des 53 vice-présidents de la M2a est de 128 000 €, sans compter les autres élus, soit plus de 1,5M€ par an (2M€ ou plus avec les autres élus ?), c'est énorme !
Voilà de quoi écrire et informer dans les colonnes municipales ! 

 Voici un extrait audio de l'émission 'la matinale' du 17/09/2012 sur Europe 1, présentée par Bruce Toussaint.
Qui peut vraiment croire qu'il fallait tout ce monde pour que l'agglo se mette en place ? Une faiblesse irréfutable de nos élus locaux de haut niveau dont nos Président et Présidents délégués ! Merci M. Bockel pour votre vision futuriste et les coûts engendrés !  

 

Bac de fleurs sur le trottoir

Malgré le fait que je l'aie déjà signalé à au moins trois reprises et notamment dans ma parution du 24/09/2011, les bacs à fleurs continuent de bloquer certains passages sur les trottoirs ! Je rappelle encore que la Ville de Rixheim fait la chasse aux véhicules garés sur les trottoirs et que ce fait est incompatible avec celui d'empêcher le passage des fauteuils roulants ou des voitures d'enfants par des bacs à fleurs. Alors, responsables techniques incompétents ? Je veux bien, mais où est le contrôle des élus qui doivent absolument exercer leur rôle de suivi jusqu'à la réalisation finale.

Réunions du Conseil Municipal

Les séances sont ouvertes au public. Les points à l'ordre du jour sont étayés par de nombreux documents, bizarrement le citoyen n'en dispose pas. Pourtant, en sont pourvus, les membres du conseil, les journalistes et les anciens conseillers municipaux (pourquoi certains plutôt que d'autres ?). Il est souvent difficile de bien comprendre certains sujets sans documents à l'appui. Il serait bon de mettre en place un système permettant de les avoir avant, ou au moins pendant les séances du conseil. Après tout, les décisions qui se prennent concernent d'abord les citoyens, même si ceux-ci ne sont pas très nombreux lors de ces réunions. Certains points sont discutés en commission, les détails ne sont dès lors plus connus du public. A Rixheim par exemple je n'entends plus parler des indemnités des élus.   

Vérités politiques ?

J'entends souvent des arguments en faveur de telle ou telle orientation ou sur tel ou tel sujet, la politique ne recule jamais devant les remarques 'positives' et faciles, c'est parfois surprenant... quelques exemples locaux ?

  • Nous avons pu réaliser cet investissement parce que nous avons su prendre l'argent où il se trouve (l'Etat, sous-entendu par des subventions) : en oubliant que l'argent de l'Etat est aussi le nôtre, c'est vrai !
  • Nous sommes obligés de financer les crèches et les périscolaires, comme l'extension des cimetières : c'est sans doute vrai pour les cimetières, pour le reste...
  • La fusion de 2 collectivités ne fait pas économiser : si c'est mal organisé, c'est évidemment vrai, sinon aucun économiste digne de ce nom ne ferait une telle affirmation. Tout le monde sait aussi que nous sommes les champions en nombre d'élus par habitant, il faut donc aussi des administrations en conséquence ! Mais surtout, la Cour des Comptes (CRC d'Alsace) n'a pas le même avis sur la mutualisation. Une fusion n'apporte-t-elle pas davantage encore avec un contrôle direct plus facile ?
  • Le SIVOM de l'agglomération mulhousienne devrait toucher environ 45 millions d'€ du constructeur de l'incinérateur suite aux nombreux disfonctionnements. Ceci devrait permettre de diminuer la note du contribuable... c'est vrai, mais on oublie de dire que 130 millions d'€ ont été estimés nécessaires en frais supplémentaires pour palier à ces disfonctionnements. Le contribuable a donc beaucoup perdu, beaucoup plus que ce qu'il a gagné (presque 3 fois plus).
  • Si l'Etat nous supprime des subventions communales nous serons obligés d'augmenter les impôts locaux : mais comment arriverons-nous alors à diminuer le déficit de l'Etat et à rembourser nos quelques 1750 milliards de dette publique si nos collectivités ne font pas d'économies ? C'est toujours les autres...
    Mais pourquoi ne pas envisager de faire encore plus d'économies (exemple, et il y en a tant d'autres : à quoi sert une séance de cinéma en plein air financée par l'argent public ?).
  • Les taux d'impôts locaux n'ont pas augmenté : c'est vrai, mais ceci ne signifie pas pour autant que le montant des impôts est resté inchangé ! Où doit-on plafonner ces taux ? A 100 % ? Plus encore ? Des taxes sont aussi crées ou modifiées (électricité, publicité etc...)
  • Si nous faisons ceci ou cela, nous serons obligés d'augmenter les impôts locaux : C'est vrai mais il y a des priorités à traiter, des actions importantes et utiles et d'autres moins. Je suis sûr qu'il y a aussi des économies à faire ailleurs ! Il faut parfois une baisse de service, comme on hésite à le faire.
  • Nous avons inscrit telle ou telle dépense au budget : ceci dispense-t-il d'avoir à dépenser moins que prévu et à contrôler davantage sur le terrain l'utilité de certaines choses ?

    Tant que le débat public consistera à valoriser les actions de dépenses pour valoriser la politique elle-même, nous n'aurons pas avancé. Mais un homme ou une femme publique ne peut pas ne pas savoir, ceci est donc volontaire.  A Rixheim, même si les choses se sont beaucoup arrangées depuis 2008, il y a encore énormément à faire ! 
    Certaines sommes économisées sont parfois aussitôt dépensées lors du Conseil Municipal d'avril 2012. L'appel de fonds 'Voirie' du SCIN est réduit de 239 100 €, et aussitôt 'réinvesti' dans le gymnase (200 000 €) et le CCAS (200 000 € qui ne sont plus remboursables à la Ville par l'organisme). Les rixheimois seraient-ils d'accord avec ces principes adoptés de façon si naturelle ? Nos élus sont dépensiers ou généreux, mais d'où viennent les ressources ? L'oubli est aussi facile que la dépense publique ! Les taux d'impôts ne sauraient augmenter constamment, sinon la part de gâteau qui nous revient serait encore plus petite et le pouvoir d'achat une nouvelle fois atteint. Ce genre d'augmentation est définitif, il n'est pas simplement lié à l'inflation. A Rixheim on ne devrait pouvoir que diminuer, ce même taux ayant augmenté de 50 % environ avec l'ancienne municipalité. Depuis, il n'a hélas pas diminué, et cette manne profite aussi à la municipalité actuelle, il faut le savoir ! 

Pôle métropolitain CUS / M2a (suite)

Vous le savez, M. Bockel a créé une nouvelle instance, le Pôle Métropolitain. Je ne vois pas l'intérêt d'un tel organisme en Alsace où l'on parle actuellement de Conseil d'Alsace qui devrait traiter les problèmes de toute l'Alsace et donc aussi ceux qui se situent entre les deux agglomérations. L'emploi, l'université, l'attractivité du territoire par exemple, sont des sujets généraux et non pas liés exclusivement à Mulhouse ou à Strasbourg. J'ai l'impression que cette création est plutôt un nouveau lieu de dépenses. D'ailleurs les budgets n'indiquent pas les ressources qui sont mises à la disposition par la M2a et la CUS. Par exemple et c'est d'ailleurs la publicité de M. Bockel, le personnel est celui de la M2a ou de la Ville de Mulhouse mais on ne sait pas quelle est la part réservée au Pôle Métropolitain, on ne sait pas s'il a été ou s'il sera nécessaire de créer de nouveaux postes administratifs suite à cette création. Les voitures avec chauffeur mises à disposition et utilisées dans le cadre du Pôle et bien d'autres ressources ne sont pas spécifiquement chiffrées. En tout cas, si je lis la presse, cela permet à certains de faire des petits voyages.

Nos 'politiques' sont toujours partout !

Ici au salon MIPIM à Cannes  (marché international des professionnels de l’immobilier) qui s'est déroulé du 6 au 9 mars 2012.

Les membres 'Titulaires' (issus de la M2a)
Jean-Marie BOCKEL, Jean ROTTNER, Olivier BECHT, Jo SPIEGEL, Marc BUCHERT, Bernadette GROFF, Vincent HAGENBACH, Francis HILLMEYER, Antoine HOME, Philippe MAITREAU, Lara MILLION, Denis RAMBAUD

Les membres 'Suppléants'
Christiane ECKERT, Joseph GOESTER, Fabian JORDAN, Richard LASEK, Alain LECONTE, Josiane MEHLEN, Michel SAMUEL-WEIS, Philippe TRIMAILLE

Il y a bien sûr des membres issus de la CUS, non cités ici.

J'ai demandé le budget 2012 de cette instance, mais cela manque de détails et je suis persuadé que ce budget sera en nette augmentation en 2013. Bref, pour moi tout cela est vague, inutile et relève de réunions entre amis. Mais M. Becht et tous les autres ont accepté le principe, tous les moyens sont bons pour se faire connaître, même si officiellement les élus siégeant ne sont pas rémunérés.

Budget 2012 du Pôle métropolitain Mulhouse / Strasbourg

Libellé Montant en €
 Contrats de prestation de services avec des entreprises 10 000
 Locations immobilières 5 000
 Locations mobilières 2 000
 Etudes et recherches 120 000
 Divers 15 000
 Voyages et déplacements 6 000
 Réceptions 2 000
 Concours divers (cotisations...) 200
 Total (dont 53400 versés par la M2a et 106800 pour la CUS) 160 200
Avouez que ces rubriques ont des contenus (libellés et montants) qui ne sont pas très explicites et ne comprennent pas les services directement mis à disposition par la M2a et la CUS en personnel et en moyens matériels. En fait, il est très difficile de savoir à quoi servent les sommes présentées et d'ailleurs l'utilité du Pôle lui-même.

J'ai mis quelques mois pour obtenir les budgets 2012, plusieurs courriers, dont un à la C.A.D.A., mais M. Bockel dans son dernier courrier Courrier M2a du 11/06/2012 a le toupet de me parler de transparence après toutes ces démarches et tout ce temps (incroyable mais vrai !). Pour M. Bockel, un travail confié à une administration existante, relève de la gratuité ! Avec de tels raisonnements, je comprends que la gestion publique soit mauvaise. Si vous avez trop de travail, n'hésitez pas, la M2a s'en chargera !

Je n'ai pas réussi à obtenir les chiffres pour les ressources mises à disposition du Pôle Métropolitain par la M2a et la CUS (moyens en personnel administratif et chauffeurs, véhicules, tout ce qui est hors subvention et à charge de la M2a et de la CUS pour le compte du Pôle). Bien sûr il ne s'agit pas de pièces officielles (documents matérialisés) et c'est une élégante manière de noyer le poisson. Dès lors qu'une administration se sert des moyens d'une autre, la comptabilité devrait montrer une refacturation, ici cela ne semble pas être le cas. La cour des comptes (CRC d'Alsace) demande une symétrie des écritures dans son rapport sur la Ville de Mulhouse de février 2012 qui mutualise certains moyens avec la M2a, nous sommes ici dans le même cas. 
Pour bien comprendre, la Ville de Mulhouse travaille pour le compte de la M2a, la M2a pour le compte du Pôle Métropolitain, ce sont donc les employés de la Ville de Mulhouse qui dans la plupart des cas font le travail administratif. Simple, non ?

Certains élus nous disent que la mutualisation est bénéfique et d'autres affirment le contraire (Conseil d'Alsace), en tout cas une chose est sûre, celle-ci ne peut se faire qu'avec de la transparence comptable. Dans le même rapport cité ci-dessus, la Cour des Comptes pense que la mutualisation est un gage d'efficacité de l'action publique et un enjeu essentiel de la maîtrise des dépenses locales. A noter !

Mais si je me souviens bien, tout cela ne devait pas coûter un centime supplémentaire au contribuable, nous n'avons pas la même vision du supplément ("sans frais supplémentaires", revue l'agglo n° 6 de la M2a, paroles de M. Bockel). Mais dans le contexte, les coûts existent et d'autres sont masqués, les dépenses sont celles des 2 agglos. Il faudra bien combler les prélèvements. Il s'agit donc d'un mensonge par omission (je dirais par fourberie), mais que représentent ces sommes dans un budget déjà si monstrueux des collectivités mères M2a et CUS ? Elles sont sans doute énormes pour quelqu'un qui gagne le SMIC ! Dépensez, continuez de dépenser messieurs !
 

Dans le même ordre d'idée, le Président de l’Agglomération, M. Bockel, a soumis au vote des élus de la M2A en mai 2011 l’octroi d’une indemnité globale de représentation de 10 000 € annuels. Cette somme, qui était inscrite précédemment au budget et qui devait faire l’objet d’une utilisation sur justificatifs, a été transformée en indemnité versée au Président. Transparence ? La somme peut désormais être utilisée sans justification (c'est très transparent, nous sommes tout de même dans une drôle d'époque !). Cette somme n'est donc désormais plus justifiable, et ne pourra plus être inférieure à 10 000 €, auparavant les dépenses justifiées n'atteignant pas forcément cette limite. Encore une source de dépense supplémentaire pour la M2a, adoptée par la majorité des 194 élus de la M2a, à n'y rien comprendre ! Donnant / donnant ? J'imagine que ces 10 000 € qui vont donc directement dans la poche de M. Bockel ont été calculés de manière que ce dernier ne soit pas perdant... la philanthropie n'existe pas en politique !

 

   

____________________________________
C o m m e n t a i r e s   -   Publication  n°  01AR36  du  09/11/2012



Saisir un nouveau commentaire

 

Il n'existe aucun commentaire validé.


Début de page

  Pour faire avancer la Terre... Rixheim et environs

Saisie d'un commentaire sur l'article '01AR36'   


 

   Date :  27/03/2017 à 16:29:19


E-mail : *  
Pseudo : *  

* Votre commentaire (Saisir ci-dessous)

La publication sur le site ne sera effectuée qu'après accord du modérateur. L'adresse mail ne sera pas publiée.
Le nombre de caractères maximum admis est : Pseudo (30), Mail (40), Commentaire (3000)
Code de calcul obligatoire en enregistrement
7+5+3+8 =
     *  
* Renseignements obligatoires

  Pour faire avancer la Terre... Rixheim et environs

Envoi de page à un ami (lien) depuis le site
Lien envoyé : http://jmm68170.free.fr/Article.php?Sujet=01AR36

 

    Date :  27/03/2017 à 16:29:19


Votre E-mail : *
Envoyer à : 
e-mail de votre ami(e)


*

* Votre message (Saisir ci-dessous)

Le nombre de caractères maximum admis est : Mails (40), Message (3000)
Code de calcul        
7+5+3+8 =
  * 
* Renseignements obligatoires